Mercer: Les expats à Bruxelles deviennent moins chers pour les entreprises

par Luna

Communiqué de presse

Contact partenaire de communication:
Isabelle Schmit chez Luna
Tél.: +32 2 658 02 93
gsm: +32 495 59 38 06
isabelle@luna.be

Mercer: Les expats à Bruxelles deviennent moins chers pour les entreprises

Un dollar fort et un euro faible poussent les villes européennes vers le bas du classement

Bruxelles, le 21 juin 2017 – Bruxelles chute de la 86ème à la 104ème place sur la liste des villes mondiales les plus chères pour les expats. C’est ce qui ressort de la 23ème étude Cost of Living du prestataire de services RH, Mercer. En Europe occidentale, Bruxelles continue d’occuper la 15ème place. Au niveau mondial, la ville angolaise Luanda arrive à nouveau en tête, après avoir cédé sa place à Hong Kong l’année précédente.

MercerL’étude annuelle Cost of Living compare, dans 209 villes, les prix locaux de plus de 200 biens et services, comme les frais de logement, le transport, l’habillement, les produits ménagers et les loisirs. Les dépenses quotidiennes, comme le prix d’un litre de lait demi-écrémé ou d’un ticket de cinéma, sont également étudiées, de même que les loyers. Les multinationales et les pouvoirs publics utilisent les informations de l’étude pour déterminer la politique de rémunération et les conditions de travail pour les expatriés.

Bruxelles reste 15ème  en Europe

Comme en 2016, le top 3 des villes les plus chères d’Europe reste formé par des villes suisses : Zürich, Genève et Bern. Ces trois villes se situent aussi dans le top 10 mondial. Les villes montantes qui se distinguent au sein du vieux continent sont les villes russes : Moscou (qui monte de 53 places jusqu’à la 14ème) et Saint-Petersbourg (qui monte de 116 places jusqu’à la 36ème). Cela s’explique par l’augmentation du coût des biens et services en Russie et un rouble fort. L’enquête de Mercer est mesurée en dollars américains, l’évolution des devises locales par rapport au dollar a donc un grand impact.

En tant que ville mondiale au sein de l’Europe, Bruxelles reste relativement abordable. Entre 2015 et 2016, Bruxelles a encore avancé de 16 places (de la 102ème à la 86ème) dans le classement mondial, mais depuis, elle est redescendue. En 2017, Bruxelles descend en effet de 18 places jusqu’à la 104ème. Ceci s’explique notamment par la hausse de valeur du dollar américain par rapport l’euro. C’est une évolution que l’on observe aussi dans les autres villes européennes. Les villes comme Paris (qui recule de 18 places), Amsterdam (qui recule de 21 places) et Berlin (qui recule de 20 places) descendent toutes dans le classement. Au Royaume-Uni aussi, il y a un recul général dû à une livre faible.

Les quelques villes qui ont maintenu leur position ou l’on améliorée sont les villes suisses du top 3 et la ville nordique Oslo qui avance de 13 places dans le classement.

Les villes américaines montent

Les villes américaines connaissent une nouvelle montée. New York (9) reste la ville la plus chère, suivie par San Fransisco (22) et Los Angeles (24). Chicago monte de 2 places pour arriver en 32ème position, tandis que Boston chute de 4 places pour arriver en 51ème. Portland (115) et Winston Salem (140) restent les villes les plus abordables des États-Unis.

En Amérique du Sud, on observe une forte avancée de Sao Paolo (27) et Rio De Janeiro (56). Cela s’explique par l’importante croissance du réal brésilien par rapport au dollar. Les inquiétudes concernant l’inflation poussent les villes sud américaines vers le haut dans le classement. Ainsi, Montevideo en Uruguay (qui avance de 54 places jusqu’à la 65ème) et Santiago au Chili (qui avance de 41 places jusqu’à la 67ème) connaissent aussi une forte montée.

Luanda à nouveau la ville la plus chère du monde

Après avoir occupé la 2ème place pendant un an, Luanda (Angola) se hisse à nouveau à la 1ère place du classement. Cette 1ère place résulte principalement des prix élevés des marchandides et du coût élevé de la sécurité. Hong Kong s’empare de la 2ème place comme en 2015. Singapour reste stable à la 4ème place mondiale. Séoul fait son entrée dans le top 10 à la 6ème place, avant Shangai, qui se situe à la 8ème place. Pekin sort du top 10 et prend la 11ème place.

Bien que Luanda reste la plus chère, de nombreuse autres villes africaines chutent dans le classement. Ndjamena au Tchad et Kinshasa au Congo sortent du top 10 et descendent respectivement aux places 16 et 18. Victoria au Seychelles passe de la place 16 à la 14.

Au Moyen-Orient, Tel Aviv (17) reste la ville la plus chère, suivie par Dubaï (20), Abu Dhabi (23) et Riyad (52).

La fluctuation des devises influence le classement

Les grandes fluctuations au sein du classement COL sont principalement causées par la position de la devise locale par rapport au dollar. C’est ce que l’on observe en Amérique du Sud et en Europe avec l’euro et la livre. « New York et le dollar servent de base pour l’étude », explique Cindy Van Loo, Mobility Consultant chez Mercer. « En conséquence, l’étude tient non seulement compte de l’influence des prix locaux, mais aussi du taux de change entre deux pays. Il se peut que les prix dans une ville donnée restent les mêmes, mais que la ville monte ou baisse encore dans le classement suite à une modification du taux de change. »

Les expats restent une importante source de main-d’œuvre pour les entreprises internationales. Les grandes entreprises éprouvent des difficultés à trouver du personnel local avec lequel elles peuvent rivaliser au niveau international. « Le monde devient de plus en plus international », conclut Cindy Van Loo. « Les entreprises et les employeurs sont moins ancrés localement qu’avant. Les entreprises doivent conquérir d’autres marchés sur lesquels, bien souvent, les profils adéquats ne sont pas disponibles. C’est pourquoi il est capital de pouvoir expatrier son propre personnel. »

###

Note pour la rédaction

L’étude Cost of Living a été menée en mars 2017. Les pouvoirs publics et entreprises utilisent les données de cette étude pour leur politique du personnel. Le choix des villes provient des données disponibles. Pour le calcul des prix, les taux de change de la période de l’étude ont été pris en compte. Mercer dispose en outre d’une banque de données internationale avec les prix de plus de 200 biens, services et produits.

Le classement complet est disponible sur demande. Cette liste ne peut être publiée intégralement, (hormis le top 10 et les 10 derniers). Pour plus d’information sur l’étude Cost of Living, veuillez consulter www.mercer.com/col.

Pour plus d’informations concernant cette étude ou une interview
avec Mercer, n’hésitez pas à contacter Isabelle Schmit chez Luna
au 02 658 02 93 ou 0495 59 38 06 ou encore via isabelle@luna.be

À propos de Mercer

Mercer est le chef de file mondial en matière de conseil, d’outsourcing et de services d’investissements. L’entreprise compte plus de 25 000 clients dans le monde. Les consultants de Mercer aident leurs clients à jalonner et gérer leurs avantages extralégaux, et à optimiser leur capital humain. Les spécialistes de Mercer dispensent des conseils en matière de pensions, de rémunération, de prévoyance et frais de santé, et de ressources humaines, mais aussi en matière de fusions et acquisitions. Ils aident les entreprises à réaliser leurs objectifs en accroissant l’efficacité de leur politique de ressources humaines et en limitant les risques financiers. Mercer se charge également de l’administration, de la technologie et de l’externalisation globale des plans d’avantages.

Mercer occupe plus de 20 000 travailleurs dans le monde, répartis sur 43 pays. Le site belge compte 70 collaborateurs. Les consultants Mercer travaillent avec leurs clients pour développer des solutions globales et locales. Mercer compte parmi ses clients des grandes entreprises et des moyennes entreprises en expansion.

Pour de plus amples informations: www.mercer.be