Savez-vous ce que signifie le « mercatique » ?

De plus en plus d’anglicismes qui n’ont aucun intérêt sont utilisés dans la langue française et donnent l’impression de lui faire perdre sa valeur. Ce savoir séculaire est rogné jour après jour.

Ancienne langue diplomatique des cours royales, la langue française était aussi la langue des poètes. Elle inspirait l’élégance, le raffinement, la gastronomie, la haute-couture, la philosophie de la liberté et le progrès. Elle reflétait une certaine noblesse d’esprit permettant l’expression mélodique des idées les plus subtiles.

Depuis plusieurs décennies, ce patrimoine culturel envié à travers le monde s’étiole. Les anglicismes et le mal-parler occupent de plus en plus d’espace. Que cela soit en entreprise, dans les administrations, les services publics ou les médias audiovisuels et écrits, on les retrouve partout.

Avec l’avènement des nouvelles technologies, la syntaxe, la grammaire et l’orthographe se perdent dans la communication électronique. Toujours dans l’urgence, on ne se relit plus. Les vidéos et infographies tendent à l’extrême simplification de l’expression.

Le nombre d’anglicismes inutiles prononcés en une réunion de travail est étonnant : business, team, listing, challenge, deadline, reporting, switcher, brainstorming, pitcher etc. On en vient à adopter des mots anglais qui, étymologiquement, viennent du français. La plupart de ces mots pourraient aisément être remplacés. Le français a un vocabulaire riche et varié !

Si l’usage d’anglicismes où il n’y a pas d’équivalent en français est compréhensible, l’utilisation abusive d’anglicismes là où ce n’est pas nécessaire malmène la langue française. Les anglicismes entraînent chez ceux qui les emploient l’oubli progressif des termes français appropriés et conduisent ainsi à un appauvrissement général de la langue.

Est-ce par snobisme, populisme, paresse, ou encore à cause de l'instantanéité des médias ? Est-ce une réaction vis-à-vis des règles orthographiques et grammaticales, jugées trop complexes, trop archaïques, et finalement inutiles ?

En relations presse, nous restons attentifs au contenu. Chez Luna, les rédacteurs professionnels essaient, au quotidien, de sensibiliser leurs clients au respect de la langue et du sens des mots. On constate que les emprunts abusifs de la langue anglaise et la standardisation de l’expression masquent souvent l’incapacité d'analyser, de réfléchir ou d'expliquer correctement une information. Or, un contenu qualitatif permet d’augmenter la visibilité et de développer une image positive. Une approche stratégique respectueuse de l’information par des professionnels de la communication s’avère donc bien souvent indispensable.

Le « mercatique » est le mot français qui signifie « marketing » en anglais.

TOP